2 Suisses (et 1 Chat) à Séville

Qui suis-je?

Prenez deux Suisses, posez-les au sud de l'Espagne et regardez ce que ça donne...
Accueil | Profil | Archives | Amis

La Semaine Sainte - 01:02, 22/03/2008

Nous voici arrivé à un des deux événements (avec la Feria) que tous les Sévillans attendent toute l'année: la Semaine Sainte!

 

Pour comprendre un peu mieux ce qui s'y passe, deux ou trois explications s'imposent.

Les églises les plus importantes de la ville ont chacune une confrérie, qui peut posséder plusieurs milliers de membres. Le but de la semaine sainte est, pour ces confréries, d'aller présenter leur vierge et leur christ à la cathédrale. Pour cela, ils les installent chacun sur un paso, énorme autel d'argent ou d'argent doré, parfois de bois, décoré de chandeliers, de cierges et de fleurs, et les transportent sur un trajet plus ou moins long à travers la ville. Cette année, 60 confréries, jusqu'à 9 par jour, font le trajet.

 

Chaque confrérie organise sa procession comme suit:

- D'abord des nazarenos, hommes et femmes habillés comme des moines, masqués d'un très haut cône de tissu, la capirote, qui ne laisse apparaître que leurs yeux, parfois à pieds nus, et portant un immense cierge ou un objet religieux en argent. Les couleurs de leurs vêtements et du cône sont propres à chaque confrérie.

- Puis le paso du Christ, ou misterio, qui transporte soit Jésus seul sur sa croix, soit qui montre d'autres scènes, comme Jésus mort dans les bras de ses disciples, Jésus montant le calvaire, Jésus à la plage (nan, je plaisante), Jésus priant (comme sur cette vidéo qui, comme toutes les autres, est de qualité médiocre... il faut dire qu'avec un petit appareil photo, on ne peut pas non plus faire des miracles: http://www.youtube.com/watch?v=3fmZjGvOkhk). Ces pasos pèsent jusqu'à 4 tonnes et sont transportés à dos d'homme par les costaleros. Il y en a à peu près 50 à 75 par paso, ce qui fait quand-même entre 50 et 60 kg par personne. Ils ont une sorte de turban avec un rouleau de tissu sur la nuque où ils posent le paso. Première chose qu'on remarque: ça a l'air très lourd! Deuxième chose: il faut une sacrée synchronisation pour les virages!

- Une fanfare, soit ''classique'' (hum...) soit, si on a de la chance, plus typiquement andalouse, avec uniquement tambours et petites trompettes au son mélancolique, sublime! Certaines confréries dites silencieuses n'en ont pas.

- Des pénitents, habillés dans les mêmes couleurs que les nazarenos, mais le cône ne tient pas à la verticale: il pend dans leur dos. Ils portent chacun une grande croix de bois.

- Viennent ensuite d'autres nazarenos, ceux de la Vierge, habillés parfois d'autres couleurs, puis le paso de la Vierge (ou palio) (comme sur cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=9F7JM_tBETM), puis une autre fanfare et d'autres pénitents...

- Certaines confréries ont un troisième paso, avec une vue de la vie de Jésus, par exemple...

 

                

         

 

  • 1-8.- Des nazarenos de toutes les couleurs... dans l'ordre: San Gonzalo, El Cachorro, La Estrella, La O, San Esteban, Los Javieres, Los Estudiantes et El Rocío. Derrière le dernier nazareno, des costaleros. On voit bien leur protection sur la nuque.
  • 9.- Un pénitent de San Gonzalo avec sa croix.
  • 10-11.- Deux misterios avec des scènes de la mort de Jésus
  • 12.- Un palio et ses nazarenos
  • 13.- Une Vierge vue de près
  • 14.- La confrérie de la O

 

 

Donc, sachant que certaines conféries ont jusqu'à 2000 nazarenos et pénitents (2700 pour la plus grande, celle de la Macarena), que les 4 tonnes des pasos ne leur permettent pas d'aller très vite et que chaque virage prend bien 5 minutes (comme le montre cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=YxV6EOB9ZHg), ça donne une idée du temps qu'il faut pour aller à la cathédrale et revenir à son église. Certaines mettent plus de 10 heures.

 

Il y a des confréries plus ou moins "sérieuses". Normalement, tout le chemin se fait sans boire, sans manger et sans parler... mais certaines confréries très "familiales" acceptent non seulement les enfants dans leurs rangs, mais toute la famille suit avec les poussettes, les donuts et le coca. On papote, on se tape sur l'épaule...

Par contre, quand il s'agit d'une confrérie sérieuse, c'est une autre ambiance. Celle de Santa Marta, par exemple, nous a particulièrement impressionnés: Dans une petite ruelle, en pleine nuit... à leur approche, le public s'est tu. Tous habillés et masqués de noir, marchant en silence, leur grand cierge posé sur la hanche... t'as juste l'impression que si un d'eux te regarde tu peux en mourir... flippant! Vidéo de Santa Marta ici: http://www.youtube.com/watch?v=VN5CsuoTxwo

 

Donc cette semaine on passe nos soirées dans les rues bondées de monde pour aller d'un endroit à un autre voir passer les processions. C'est pas toujours simple! La population de la ville atteint quand-même les 2 millions pendant la semaine sainte... de quoi remplir les ruelles!

Pour ceux qui ne veulent rien manquer, une solution: louer pour 450 € son siège à la semaine sur le parcours commun à toutes les processions... Ben oui, cette semaine, pour accéder à certaines rues du centre, il faut payer!

 

Et il y a quelques traditions sympas:

- Pendant les virages, que les pasos font pas par pas, et à certains autres moments du parcours, ils "dansent". En fait ils bougent au rythme de la musique. Très chouette à voir! On peut le voir vers 2min 30sec sur cette même vidéo http://www.youtube.com/watch?v=YxV6EOB9ZHg

- Les enfants font des boules de cire. Ils demandent aux nazarenos (de nouveau, tu n'oses pas faire ça avec toutes les confréries) de leur verser de la cire de leur cierge sur une petite boulette de papier d'alu qui devient peu à peu boule de cire. Les jours passant, elle grandit de plus en plus. Certaines atteignent la taille d'une grosse orange.

 

  1. Une boule de cire... notez en passant le look du gosse: j'ai l'impression d'être en 1945...

La Madrugá

Et quand on pensait avoir tout vu de la semaine sainte arrive la nuit de jeudi à vendredi-saint, qui s'appelle ici la Madrugá !! Habituellement, les confréries sortent en milieu d'après-midi et rentrent chez elles vers 2h du matin. Mais pendant la nuit de jeudi à vendredi sortent les 6 confréries les plus prestigieuses. Parmi elles, les deux Vierges les plus respectées et connues de la ville: la Esperanza de Triana et la Macarena.

Nous avons commencé la soirée par un petit souper chez nous avec Virginia, María, Alberto et Manolo, puis nous sommes sortis à minuit pour voir sortir, en bons habitants de Triana, la Esperanza. Elle sortait deux heures plus tard mais il fallait s'assurer de bonnes places!

 

A deux heures dix, dans une foule compacte impressionnante, extinction des lumières de la rue Pureza où se trouve l'église (ça va rappeler à quelques uns un certain Morgestraich!), première fanfare (genre fête de village suisse, pas de quoi de faire frissonner...), apparition des nazarenos, puis du premier paso: gigantesque! juste le plus grand de tous ceux qu'on a vu. Dessus, Jésus sur le calvaire tiré par un romain sur son cheval (le tout grandeur nature et en bois... ça donne une petite idée du poids du truc). J'ai fait une vidéo mais c'est pour les passionnés, la qualité est vraiment merdique... enfin, la voilà: http://www.youtube.com/watch?v=Zmwz3CrN10k (pour ceux qui veulent mieux le voir, une vidéo de la chaîne CRN: http://www.youtube.com/watch?v=73_upKqhcSo). Avec le paso, une fanfare à l'andalouse, tambours et petites trompettes, une musique qui donne envie de crier Olé! Juste parfait. Puis, de longues minutes plus tard (il ne faut pas oublier que les nazarenos sont plus de 2000), le paso de la Esperanza de Triana. Et dans la foule, une personne à crié: Trianeeeeeeeeeera! et tout le monde à répondu en coeur: Guapa! (littéralement fille très jolie, mignonne), et ça plusieurs fois de suite. Puis un autre, ailleurs dans la foule: Esperaaaaaaaaaanza! Et de nouveau, des centaines de personnes ensemble: Guapa! Juste parfait! De nouveau, j'ai essayé de le filmer, on l'entend approximativement sur cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=Cnt9OqP-yWU. Et pendant ce temps, comme d'hab', au rythme de la musique, les costaleros, sous leur paso, le faisaient danser. Et, arrivé devant une des maisons de la rue, des spots se sont allumés sur le toit et les habitants ont déversé sur son passage, par brassées, des milliers de pétales de roses! ça n'arrêtait pas, incroyable! En image sur ce film: http://www.youtube.com/watch?v=9WvsqsXvQhs

 

 

  1. Les six de départ
  2. Le misterio de la Esperanza de Triana, avec le cheval, le Romain, Jésus et tout et tout!

 

Virginia, María et Manolo sont ensuite allés se coucher et nous sommes partis, Isa, Alberto et moi, de l'autre côté du Guadalquivir, pour voir les autres processions. Parmi elles, la Macarena, l'autre Vierge de Séville, qui a comme particularité de n'être pas seulement accompagnée de nazarenos et de pénitents, mais aussi de soldats romains, très mignonnes avec leurs collants roses et leurs grandes plumes d'autruches! Ils sont là: http://www.youtube.com/watch?v=_gfGWUdi-CY

 

 

 

  1. Des nazarenos de la Macarena
  2. Les Romains de la Macarena

 

Bref, on a passé la nuit dans les ruelles de Séville et avons terminé à 8h30 du matin avec quelques churros con chocolate...

 

  1. Les trois survivants et leurs churros

 

Wow! Quelle nuit!


Madrugá - 11:51, 22/03/2008

Ça faisait trois années que je vivais pas la madrugá. C'était génial!! ahhh et merci pour votre excellent souper chez vous.

Posté par Alberto
« Page Précédente Page Suivante »