2 Suisses (et 1 Chat) à Séville

Qui suis-je?

Prenez deux Suisses, posez-les au sud de l'Espagne et regardez ce que ça donne...
Accueil | Profil | Archives | Amis

La Campiña et Huelva - 22:08, 4/01/2008

On a profité de quelques jours de vacances pour louer une voiture et partir trois jours à la découverte de l'Andalousie. D'ailleurs, je crois que je vais faire quelques recherches sur l'effet de la location d'une voiture sur la météo en Andalousie: alors qu'il avait fait super beau ces derniers jours (on a même passé un après-midi en T-shirt à lire sur la Plaza de España), le jour du départ: pluie battante! Beuh...  On a eu un temps dégueu tout le premier jour, gris le deuxième et beau le dernier... tant mieux!

 

Donc, le premier jour, direction la région de la Campiña, entre Séville et Cordoue.

 

 

Première halte, Carmona, une petite ville perchée sur une colline, pleine de charme et de vieilles bâtisses. Habituellement, la vue depuis là-haut doit être superbe, mais là on n'a rien vu du tout... à part le bord de notre parapluie! On y retournera en bus un de ces jours: ce n'est vraiment pas loin et on n'aurait eu aucun plaisir à visiter la ville sous l'eau. En plus, la nécropole romaine était fermée vu la météo... bref...

On s'est vite rendu compte que quel que soit l'endroit où nous irions, le problème serait le même: on aurait envie d'y revenir par beau temps! Alors le reste de la journée s'est transformé en visite de "repérage", histoire de voir où il valait la peine de revenir.

 

Nous sommes passés à Ecija, surnommée la sartén de Andalucia (la poelle à frire d'Andalousie), les températures y atteignant parfois 50° l'été! Son autre surnom, la ciudad de las torres (la ville des tours), est plus facile à comprendre au mois de janvier: la ville est semée d'églises qui ont toutes des tours du style de la Giralda de Séville, ce qui lui donne de loin un petit air de San Gimignano (pour ceux qui connaissent la Toscane). Et sur chacune de ces tours, des nids de cigognes, ce qui lui donne un petit air de Colmar (pour ceux qui connaissent l'Alsace...).

 

D'ailleurs, petite parenthèse, il y a quelques jours le long du Guadalquivir nous avons vu un vol de dizaines de cigognes, ce qui ne nous semblait pas très logique pour un mois de décembre au sud de l'Espagne. Nous sommes allés voir le site consacré à Max, cette cigogne qui porte une balise et qui est suivie jour après jour depuis 7 ans: cet hiver est le premier depuis le début du suivi qu'elle ne passe pas en Afrique! Elle fait partie des cigognes qui passent cet hiver à Séville! Pourquoi ce changement? Pas la moindre idée... pour ceux qui veulent en savoir plus http://www.fr.ch/mhn/cigognes/Max.htm Fin de la parenthèse.

 

 

 

  1. un patio de Carmona
  2. un des clochers d'Ecija. Juste en dessous du sommet, à droite, une cigogne avec son nid à gauche. En dessous de la cigogne, un figuier de barbarie!

 

Puis, rapide passage à Osuna, qui malgré la pluie et la nuit tombante semblait très belle et où nous sommes revenu le 3ème jour.

 

Le deuxième jour, changement radical de direction. Nous sommes parti plein ouest en direction de Huelva.

 

 

En chemin, nous avons fait halte à El Rocío (la Rosée). Village totalement hors du temps, au milieu des marais, où on se croirait en plein western: les rues ne sont pas asphaltées, on roule sur du sable! Devant les maisons, des vérandas et des poteaux pour attacher les chevaux! Et toutes les maisons sont vides, volets fermés... surprenant! Mais tout ça a une explication: la légende raconte qu'un chasseur du coin aurait découvert un jour une effigie de cette vierge dans un arbre du marais. Il l'en a descendue pour l'emmener chez lui. Quelques instants plus tard, alors que le chasseur se reposait, la statuette était retournée toute seule dans son arbre. Une chapelle a été construite à l'endroit de l'arbre en question (mais que font les écolos!), qui est devenue une énorme église depuis. Et chaque année à la Pentecôte, plus de 90 confréries religieuses, dont certaines de plusieurs milliers de membres, se déplacent de toute l'Espagne en carriole, à cheval ou à pied, en habit traditionnel, pour le plus grand pélerinage du pays, celui de la Virgen del Rocío (c'est d'ailleurs également le nom de l'hôpital où je bosse). Chacune de ces confréries a sa (ou ses) maisons dans le village, fermée le reste de l'année. Je ne sais pas si les touristes sont les bienvenus pendant la fête, mais il faudra qu'on se renseigne! Tout ce qu'on sait c'est que c'est un bronx inimaginable sur les routes les jours précédents!

 

"Accessoirement", le village se trouve dans les marais, dans le Parc national de Doñana, et après les cigognes, on a vu des flamants roses!

 

 

   

 

  1. les rues style far west d'El Rocío
  2. l'église d'El Rocío
  3. des flamants roses

 

Puis direction l'océan. Près de Mazagón, petite balade au milieu des pinédes en direction de la plage de Cuesta de Maneli. Des falaises en sable compact (à moins qu'un géologue me dise ce que c'est, on dirait du sable! Lopo, tu lis le blog?), un vent incroyable, des vagues fabuleuses... génial!

 

 

     

 

  1. les falaises de... sable?
  2. la plage...
  3. ... et l'océan
  4. les pinèdes du parc national de Doñana

 

Avant Huelva, les pinèdes et les vergers d'oliviers et d'orangers font place à des cultures de fraises. Des kilomètres et des kilomètres de serres, des fraises partout, partout! Assez fou! Moins beau à voir que les orangers, mais impressionnant dans la quantité!

 

Puis traversée sous la pluie de Huelva, sorte de Miami à l'espagnole... je ne voudrais pas briser ton rêve, Ralf, mais si tu veux venir passer des vacances sur l'Atlantique espagnol, va partout sauf à Huelva! Nous sommes allé jusqu'à Punta Umbria, une presqu'île juste au sud de Huelva: tout ce qu'on voit ce sont des usines... bref: nous pas tellement aimer Huelva...

 

 

  1. vue de Huelva depuis Punta Umbria: des usines et deux ma-gni-fiques dauphins... bon, c'est vrai que la grisaille n'est pas là pour améliorer les choses!

 

Le troisième jour, re-direction la Campiña! Grand beau ou presque pendant une bonne partie de la journée. Et avec la lumière, le paysage devient superbe. Des oliviers à perte de vue, des champs labourés ou juste en train de germer... de quoi renouveler notre stock de fonds d'écran! Nous nous sommes arrêté à Osuna, cette fois. Très jolie petite ville, de nouveau sur une colline (dommage qu'il y ait une énorme usine d'huile d'olive juste à côté et que la vue sur les plaines soit dans la fumée...)

 

Puis direction nord et Almodóvar del Río. Encore un pueblo blanco au pied d'un château, le tout au bord du Guadalquivir avant qu'il ne se prenne pour un fleuve...

 

     

 

  1. une rue d'Osuna
  2. vue sur Almodóvar del Río depuis le château
  3. un fond d'écran
  4. de jeunes oliviers à perte de vue

vivre à Huelva? - 16:19, 7/01/2008

Merci Greg! Le projet est abandonné.

Posté par Anonymous que vous reconnaîtrez
« Page Précédente Page Suivante »