2 Suisses (et 1 Chat) à Séville

Qui suis-je?

Prenez deux Suisses, posez-les au sud de l'Espagne et regardez ce que ça donne...
Accueil | Profil | Archives | Amis

La Costa de la Luz - 15:55, 17/12/2007

Hier, toujours avec notre voiture, direction la Costa de la Luz! C'est la côte espagnole qui se trouve sur l'Atlanique, entre le Portugal, au nord, et Tarifa, tout au sud de l'Espagne. Depuis Séville, avec l'autoroute, on y arrive en ligne droite en allant à Cádiz. Nous avons évité cette dernière et sommes allé à Chiclana.

 

 

Première plage de rêve! Du sable blanc et, grâce aux 16° qu'il fait actuellement, pas trop de monde pour les photos! On refera les mêmes au mois d'août, histoire de rigoler un peu!

 

  • La plage de Chiclana

Puis direction le sud, en passant par Conil de la Frontera, El Palmar, Barbate... des villages plus ou moins grands, mais toujours très sympas, en tout cas hors saison! Des phares, des ports de pêcheurs, des murs de figuiers de barbarie, des pinèdes, le taureau Osborne au bord de la route... et de manière constante, l'Océan Atlantique et ses plages de sable. Allez voir sur Google Earth, on se rend bien compte: à part quelques endroits où il y a des très belles falaises, c'est plages plages, plages, jusqu'en bas! Le coin est connu pour ses vagues et entre octobre et mai, c'est un paradis pour les surfeurs et les bodyboarders.

 

     

 

  1. Plage vers Barbate
  2. Falaises à Conil de la Frontera
  3. T'as pas envie de sortir de la route...
  4. Surfeurs et bodyborders à El Palmar

Petite parenthèse pour les Zeier et la Petermann: les pins parasols, la mer, les bistros et les minigolfs, je me suis retrouvé 25 ans en arrière et 1500 km plus haut, assis sur le plastique brûlant des sièges de l'Opel Rekord à manger des churros en écoutant Mike Oldfield et Ryan Paris! fabuleux!

 

Puis, en continuant vers le sud, les kitesurfs remplacent les surfs et les pins se changent en éoliennes: le célèbre vent de Tarifa fait progressivement son apparition. En fait on ne devrait pas dire le, mais les vents, vu qu'il y a le levante qui vient d'est, le poniente qui vient d'ouest, et qu'ils connaissent aussi le sirocco, la tramontane, le mistral et même le gregal (je connaissais pas, mais merci!). Et c'est vraiment le pays du vent. Il paraît qu'il tape assez rapidement sur le système si on n'a pas un surf aux pieds et une voile dans les mains (c'est pas Marc qui va me contredire...). Personnellement, en bon écolo, j'ai surtout été halluciné par les centaines d'éoliennes plantées sur les crêtes et dans les plaines de l'arrière pays! Impressionnant! Et elles ne sont pas toutes petites!

 

 

Et quand on nous disait qu'on voit l'Afrique depuis Tarifa, nous imaginions que c'était avec de la chance quand il fait beau... Mais non! La distance la plus courte est de 14 km... 1km de plus que la largeur du lac Léman! Autant dire qu'on le voit bien, le Maroc, avec ses chaînes de montagnes (encore un préjugé qui s'effondre, je voyais ça tout plat... un peu comme les images qu'on nous envoie de Mars...). Et on voit très distinctement Ceuta, la ville autonome espagnole au Maroc.

 

  • Non, ce n'est pas Evian vu d'Ouchy, c'est le Maroc vu de Tarifa!

Puis, après avoir vu Gibraltar de loin, nous sommes rentrés... rendre notre voiture et prendre le bus jusqu'à la maison... Vivement la prochaine virée!


« Page Précédente Page Suivante »