2 Suisses (et 1 Chat) à Séville

Qui suis-je?

Prenez deux Suisses, posez-les au sud de l'Espagne et regardez ce que ça donne...
Accueil | Profil | Archives | Amis

Y a pas à dire, y sont pô comme nous ces gens-là... - 20:12, 21/05/2008

Petit pot-pourri des petites choses qui nous frappent dans ce pays, les choses qu'on fait pas comme eux... ou qu'y  font pas comme nous...

 

  • Ils font la queue pour entrer dans les bus, comme à Londres, très joli!
  • Quand on a rendez-vous chez le vétérinaire, c'est pour se rendre compte que tout le monde a à peu près rendez-vous à la même heure et qu'il y a (véridique!) 10 chiens et 1 chat avant nous!
  • Ils klaxonnent tout le temps (ben oui, en Espagne, les feux de signalisation passent au vert à partir de 120 décibels, c'est bien connu).
  • Tout le monde se tutoie... un peu de mal à s'y mettre avec les personnes plus âgées! Habituellement on attend le 1er "tú" venant de notre interlocuteur avant de switcher.
  • Au marché, les lapins se vendent entiers, avec les poils et tout... ils ont juste le ventre ouvert, et les poulets ont encore leur tête, leurs pattes et quelques plumes (Isa achète la viande au supermarché...)
  • Ils déjeunent à 10h, dînent à 15h et soupent à 22h.
  • Les magasins sont habituellement ouverts de 9h à 14h et de 18h à 21h (vachement pratique, n'empêche!)
  • Quand ils prennent l'apéro, vers 13h, c'est bière pour tout le monde, et pas qu'une (à jeun et au soleil, wow!)
  • Ils ne connaissent pas le sirop (Gérald, t'as entendu? pas de sirop!). Sirops de framboise, de fraise, de grenadine... que dalle! Le seul sirop ici, il est contre la toux...
  • Sur les boîtes aux lettres, et sur les portes, aucun nom, juste le n° de l'appartement: B-1, 1-1, 1-2, etc... franchement, je ne sais pas comment font les facteurs quand l'adresse est incomplète... Bon, d'un autre côté, c'est vrai qu'ici, c'est soit Gómez-Rodríguez, Fernández-Gómez ou Sánchez-Fernández... alors le n° de l'appart, c'est pas plus mal...
  • En parlant de noms, ici, tout le monde a 2 prénoms et 2 noms de famille. Alors pour la 1ère fois, nous nous appelons Isaline Emma Zeier Lanz et Gregory Julien Zeier. Et comme il me manque un nom de famille, ça pose quelques problèmes: pour la banque, mon nom de famille, c'est Julien Zeier (et pour Telefonica, c'est Zier, et pour Roche Pharma, c'est Zaier, mais ça c'est une autre histoire...).
  • Et pour les prénoms, il n'est pas rare que grand-père, père et fils aient le même prénom. Même chose pour les filles. Quand ma collègue Julia parle de sa famille, elle doit toujours préciser José Luis (mon mari) a dit à José Luis (mon fils) que José Luis (mon beau-père) avait téléphoné... etc. Mais bon, c'est pratique dans certaines situations, du genre "José Luis, à table!!"
  • Les frères et soeurs sont habillés de manière totalement identique le dimanche! Et pas seulement les jumeaux, non, tous! on dirait des poupées russes! Et entre garçons et filles, ce sera short pour l'un et jupe pour l'autre, mais de la même couleur, et le reste est pareil... En plus, les filles de 2 à 10 ans auront toutes le gros noeud dans les cheveux, avec raie de côté et barrette, façon Triplés (pour ceux qui voient pas, ressortez vos vieux Fémina).
  • L'ail est un légume, pas un condiment. Acheter une tête d'ail: impossible! Ici, il s'achète au kilo, et ils en font de la soupe, ou le mettent comme nous dans un plat en sauce, mais en quantité inimaginable! Et le pire c'est que c'est vachement bon!! Y a juste les lendemains qui sont un peu difficiles...
  • Les pommes de terre espagnoles, ou plutôt nos aventures avec les pommes de terre espagnoles,  mériteraient à elles seules un chapitre entier. On a tout d'abord essayé de faire de la purée: on s'est retrouvé avec une sorte de colle à poisson sans goût, pas folichon... Deuxième tentative: les röstis. Imaginez des oignons râpés trop cuits et vous aurez à peu près le résultat qu'on a eu... Bref, les patates espagnoles ont visiblement un peu trop d'amidon pour nos petits plats suisses! Le troisième essai, pommes de terres rôties à la poëlle, a été beaucoup plus réussi! Va falloir qu'on se mette à la tortilla!
  • Ils n'ont pas la même notion de petit-déjeuner que nous. Déjà, comme déjà dit plus haut, ils le prennent vachement tard, mais en plus c'est assez surprenant de voir ce qu'ils mangent. Je ne suis pas allé les espionner chez eux, mais je vois ce que mes collègues mangent au boulot à 10h: pain et huile d'olive!! Et dessus c'est soit jambon ibérique, tomates (en purée ou en tranches) soit sucre!! Si si: pain, huile d'olive et sucre! J'ai pas encore goûté... Autre chose: un matin, un des enfants hospitalisés avait sur son plateau un petit paquet de corn flakes Kellog's qu'il regardait avec un air pas très convaincu. Ma cheffe lui a dit: "tu ne manges pas ça? tu devrais, pourtant, c'est bon: c'est comme des chips!" Et le gosse a mangé ses "chips".. J'ai quand-même dit que je trouvais meilleur avec du lait... mais je n'ai pas trop insisté... Il y a aussi eu le jour où j'ai amené un stollen de noël, trouvé dans un supermarché Aldi (c'est allemand). Il fallait absolument que je leur fasse connaître! Ils ont tous trouvé très bon, ce n'est pas le problème... le problème c'est la bouteille de Xeres qu'ils ont sorti de l'armoire pour boire avec... à 9h du matin...
  • Ils écrivent parfois les "1" de manière assez particulière... un peu comme des J ou des S minuscules. Alors pour un numéro de rue ça passe encore, mais dans le dossier des patients c'est franchement illisible!

 

  • C'est écrit 21...

Ouh là!! - 13:08, 12/11/2007

et quand le nom de famille du père est composé ça donne mon nom. Et la génération de ma mère c'est encore plus drôle au niveau prénoms:
Eugenia Encarnación Consuelo de los Desamparados (et c'est juste le prénom), mais je vous rassure, on l'appelle Eugenia!
Greg, je te laisse traduire, mais ça m'a l'air assez clair...

Posté par Norberto Julio Moreno-Dávila Gutiérrez

y sont pò comme nous ces gens-là - 16:15, 30/05/2008

Alors là, j'ai pris grand plaisir à lire ce message. C'est vrai que lorsque l'on vit ailleurs, on découvre des coutumes étonnantes, des habitudes alimentaires déconcertantes.
Lorsqu'on arrive dans un pays, on devrait tout de suite relever ce qui nous étonne car on s'habitue très vite à tout.
Merci pour ce blog. Qu'est-ce que l'on va faire lorsque vous serez rentrés en Suisse?
Peut-être que vous pourriez continuer sur la lancée en parlant de ce vous vivrez avec votre enfant!
Merci pour tous ces messages et bravo à l'auteur.
Je ne sais qui est le photographe mais, là aussi, un grand coup de chapeau.
Amitiés. Françoise

Posté par Anonymous
« Page Précédente Page Suivante »